• Les Iguanes

    Les Iguanes

    les iguanas delicatissima espèce endémique des Petites-Antilles. Il y en a près de 10 000 en Guadeloupe... L’iguane est un végétarien. Il mange des feuilles, des fleurs et des fruits d’arbres et de buissons. Durant la saison sèche, (le Carême de décembre à mai), il mange surtout des feuilles. Pendant la saison humide, (juin à novembre), il mange en plus, des fruits et des fleurs. Plus les iguanes vieillissent, plus ils deviennent foncés. Quand ils sont presque noirs, c’est qu’ils arrivent à la fin de leur vie.. Leur taille : jusqu’à 1,50 mètre. Ils utilisent leur queue pour frapper l’adversaire lors de combats. Les femelles creusent des terriers dans lesquels elles pondent leurs oeufs. Terriers d’un mètre de long environ. Les oeufs éclosent 3 mois après. Il n’est pas rare de passer sous un iguane perché sur un arbre sans qu’on le voit. Tant qu’il ne bouge pas, ça va. Par contre, s’il prend peur, et qu’il se met à détaler dans les branches.... ça surpend. Même si on sait qu’ils ne sont pas agressifs, ils sont quand même impressionnants. Grace à leurs 5 doigts et à leurs griffes, ils n’ont aucun mal à escalader les murs et les arbres. Ils aiment se percher en haut des arbres ou des buissons, pour se dorer au soleil. C’est un animal paisible qui passe son temps au soleil. Il peut être aussi très vif, et lorsqu’il se met à courir il impressionne !il est vraiment plaisant de voir évoluer ces animaux dans leur milieu naturel. Soleil, chaleur, terrains secs, buissons, mancenilliers... les iguanes ont tout pour être heureux en Guadeloupe

    Les IguanesLes Iguanes

     

     

    Merci à http://www.horizon-guadeloupe.com/ pour les renseignements


    votre commentaire
  •  

     

    La Grivelière

    Protégée par un écrin de verdure, au fond de la vallée de la Grande-Rivière, l’Habitation La Grivelière est un haut lieu d’histoire.

    La Grivelière

    Cabosse de cacao 

    La Grivelière

    Sur fond de forêt tropicale , l’« habitation » n’est pas une maison mais le nom donné aux exploitations agricoles du début de la colonisation ; le propriétaire s’appelant alors « l’habitant ».

     

    La Grivelière

    Caféier

    La Grivelière

    Cerises de café

    La Grivelière

    La Grivelière a été en effet, depuis la fin du XVIIIème siècle, le théâtre de plusieurs spéculations agricoles comme le cacao, le café et le roucou, qui ont fait sa renommée. 

    La Grivelière

    Témoin de l’économie de plantation, elle est en 1761, propriété des Frères Jacobins et s’appelle « Caféière Saint-Joseph ». 

    La Grivelière

    Le café est mis à sécher

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Introduits aux Antilles par les Espagnols dès le XVè siècle, les combats de coqs suscitent toujours beaucoup d’enthousiasme et de passions.

    En Guadeloupe, les gallodromes appelé également des "pitts" sont régis par la fédération départementale, cette association a fixé des règles strictes sur les étapes du déroulement du combat :
    • La pesée ;
    • le mariage des combats ;...
    • Le versement de la caution ;
    • l’engagement du combat.

    Un combat de coqs peut durer juste quelques minutes, chaque combat de coqs est particulier. Dans une arène (généralement ronde), deux coqs préparés pour l’occasion s’affrontent, sous les sifflets et les encouragements des spectateurs assis en nombre sur les gradins l’entourant. Le vainqueur verra sa cote monter jusqu’à son prochain pitt alors que le vaincu… Car, même si ce sport peut apparaitre cruel, il est, aussi et avant tout, un sport d’argent, les sommes engagées sur chaque combat étant très importantes.

    Les coqs de combats subissent une préparation spécifique de la part de son propriétaire, la crête subit une ablation, pour empêcher toute prise de becs, les plumes du cou, du dos des pattes sont systématiquement rasées. Au moment du combat, le coq sera muni d’un ergot en acier supplémentaire, fixé solidement sur son cinquième ergot !

    photo trouvée sur le net:
    381702-gens-du-voyage-a-to ulouse-un-hangar-clandesti n-de-combats-de-coqs-deman tele
     
     
    ------------------------------------------------------------------
     
    En Guadeloupe, les concours de bœufs tirants sont malheureusement en plein essor. Présentés comme une attraction touristique, ils constituent une maltraitance envers ces animaux.

    Photo prise sur le net 
     
     

    votre commentaire
  • Sous l'eau

    Sous l'eau

    Sous l'eau

    Sous l'eau

    Sous l'eau

    Sous l'eau


    votre commentaire

  • votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique