• Le phare, c'est une tourelle cylindrique peinte en blanc, au fond d'une crique bordée de cocotiers, située sur la côte ouest de l'île de la Guadeloupe sur la Côte-Sous-le-Vent. Un second feu, peint en jaune, est construit sur la pointe nord de l'anse, qui permet le mouillage de nuit.

    2-IMG_0419.jpg

    Le phare jaune

    Un second feu, peint en jaune, est construit sur la pointe nord de l'anse, qui permet le mouillage de nuit.

    anse-a-barque_hare-batterie.jpg

    IMG_0422_stitch.jpg

    A la frontière de Bouillante et Vieux-Habitants, l’Anse-à-la-Barque, mouillage anticyclonique, est un site magnifique qui abrite des vestiges historiques, sur terre comme en mer. L’Anse-à-la-Barque est d’abord un refuge naturel exploité bien avant la colonisation française, au temps de la colonisation espagnole puis des corsaires.
    Les premiers colons français exploitent le site dès les débuts de la colonisation française et devient rapidement port et une zone de carénage (entretien des bateaux hors de l’eau) pour les bateaux.


    Les épaves de deux corvettes napoléoniennes reposent dans l’anse entre 2 et 7 mètres de fond, avec nos palmes, masques et tubas ont peut aisément voir les ponts et canons au fond.
    Ces corvettes ont été sabordées sous la menace anglaise en 1809.


    Le phare jaune du côté de Bouillante : sur les hauteurs de l’anse, le phare est construit à l’emplacement de l’ancienne batterie, des restes de canons font face à la mer.
    On y accède du Point de vue sur la route, côté nord. Le long du chemin, il reste les épaves du matériel de débarquement des marchandises.


    L’arrière terrestre de l’Anse est une mangrove au sein d’une cocoteraie où les ruines d’une ancienne indigoterie datant du milieu du XVIIe siècle, sont toujours visibles.
    Une indigoterie fabriquait la teinture indigo à partir d’une plante fermentée dans divers bassins d’eau douce. Elle utilisait les esclaves comme main d’œuvre.

    anse-a-barque_batterie-8ebc8.jpg

    anse-a-barque_mangrove_01-7c6d0.jpg

    anse-barque_epaves_02-22f85.jpg

    epaves4-064c2.jpg

     

    reboisement-ae719.jpg

     

     

     

    IMG_0382.JPG

    IMG_0383.JPG

    IMG_0387.JPG

    IMG_0394.JPG

    IMG_0395.JPG

     

    IMG_0397.JPG

    IMG_0403.JPG

     

    127632.jpg

     127630.jpg

    127642.jpg

     

    127644.jpg

     
     

    127640.jpg

     

    127638.jpg

     

    127636.jpg

     

    127634.jpg

     

     

    La commune de Bouillante est celle de Guadeloupe qui recense le plus de sources chaudes sur son territoire autant en mer qu’en terre.
    Seulement deux sont accessibles très simplement : Ravine Thomas et le Bain du Curé sur la plage de l’Anse à Sable.

    Ravine Thomas 
    Le bain Thomas est un doux mélange entre eau salée de la mer et eau tiède, qui peut s’avérer être chaude et même très chaude, au gré du volcan de la Soufrière. Il faut attendre quelques secondes pour percevoir la chaleur qui monte du sol, traverse sable et cailloux et réchauffe la plante des pieds. Le bassin, reconnaissable par sa forme arrondie, est une énorme baignoire à fleur de littoral entièrement naturel.

    1Capture.JPG

    2 Capture.JPG

    3 Capture.JPG

    4 Capture.JPG

     p1110537-copier-copier-.jpg5 Capture.JPG


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :